Communiqué de presse
 
Saint-Jean-sur-Richelieu, le 1er mai 2019 – Avec l’objectif de mieux soutenir les propriétaires dans leur lutte contre l’agrile du frêne, d’assurer la sécurité des citoyens et d’optimiser la gestion des résidus, la Ville de Saint-Jean-sur-Richelieu a modifié sa stratégie en fonction de l’état actuel de la situation.
 
Depuis la découverte du premier foyer d’infestation en 2013, l’agrile du frêne est maintenant présente sur tout le territoire. La Ville poursuit ses actions afin de maintenir la canopée et de limiter l’impact de l’insecte. L’abattage d’autres frênes publics jugés dangereux pour la sécurité aura lieu cette année et les frênes traités par la municipalité l’an passé le seront à nouveau en 2020. Des arbres seront plantés en remplacement des frênes abattus.
 
 
Traitement des frênes
 
Il est toujours prescrit de traiter son frêne au TreeAzinMD dans le but de maintenir la canopée, mais il est important d’associer cette action avec la plantation d’un arbre qui pourra prendre la relève du frêne à la fin du cycle de traitement. À ce jour, plus de 250 citoyens se sont déjà prévalus de l’aide financière offerte par la Ville. En 2019, celle-ci passe à 50% du coût de traitement, pour un montant maximal de 1 000 $ /an par propriété admissible, jusqu’à écoulement du budget associé. Le traitement doit avoir été réalisé entre le 1er juin et le 31 août sur les frênes mesurant 15 cm de diamètre minimum. Attention, seuls les arbres présentant moins de 10% de dépérissement seront éligibles à l’aide financière. L’entreprise de services arboricoles qui effectue le traitement doit être accréditée par le fabricant du produit et avoir un permis délivré en vertu de la Loi sur les pesticides.
 
 
Abattage des frênes et gestion des résidus
 
Les propriétaires de frênes morts ou dont 30% des branches sont mortes doivent procéder à l’abattage de leurs arbres dans les meilleurs délais. Dans la mesure du possible, l’opération doit être réalisée entre le 1er octobre et le 15 mars, afin de minimiser la propagation de l’agrile. Un permis gratuit délivré par le Service de l’urbanisme, de l’environnement et du développement économique est requis au préalable.
 
Les résidus de frênes doivent notamment être transformés sur place à l’aide d’un procédé conforme ou acheminés à un site de traitement autorisé dans les 15 jours suivant les travaux. Tout bois de frêne utilisé à d’autres fins doit aussi être écorcé à l’intérieur de ce délai et l’écorce doit être déchiquetée selon les normes. Le bois de chauffage doit être séché et consumé sur place le plus rapidement possible et ne doit pas être déplacé. Pour en savoir plus sur l’ensemble de ces modalités : www.sjsr.ca/agrile.  
 
 
- 30 -