Saint-Jean-sur-Richelieu, ville garnison, est issue d’une longue tradition militaire qui remonte à la construction du premier fort Saint-Jean en 1666-1667. À cette époque, les assauts répétés des Iroquois dans la vallée du Richelieu mettent en péril l’existence de la colonie française d’Amérique d’où l’apparition, le long du Richelieu, des postes militaires à l’origine de la désignation «vallée des forts» qui est associée à la région du Haut-Richelieu.

Le fort Saint-Jean, érigé par les soldats du régiment de Carignan-Salières, joue un rôle important dans l’histoire du pays, principalement lors de la guerre de l’Indépendance pendant laquelle ses occupants freinent l’avancée des troupes américaines en direction de Québec.

Depuis, l’activité militaire locale a connu une certaine mouvance selon les époques et les besoins des gouvernements en place. Toutefois, la création du 22e Royal Régiment au siècle dernier, l’arrivée des Forces armées canadiennes en 1941 et la construction du Collège militaire royal de Saint-Jean en 1952 ont confirmé la vocation militaire de Saint-Jean-sur-Richelieu.

Aujourd’hui, la présence de la Garnison Saint-Jean et du Collège militaire royal de Saint-Jean contribue à la notoriété du milieu ainsi qu’au développement économique, industriel, technologique et du secteur de la formation.

 

​Collège militaire royal de Saint-Jean

​Le Collège militaire royal de Saint-Jean est construit sur le magnifique site du fort Saint-Jean, sur la rive ouest de la rivière Richelieu.

Créé en 1952 après la Seconde Guerre mondiale, le Collège militaire royal de Saint-Jean figure alors, avec celui de Kingston, parmi les deux établissements canadiens de formation collégiale et universitaire réservés aux élèves-officiers aspirant à gravir les échelons hiérarchiques des Forces canadiennes.

La fermeture du collège militaire en 1995 a mené à la création de la Corporation du Fort Saint-Jean qui a alors agi comme gestionnaire du site. La réouverture du Collège militaire en 2007 a chaudement été accueillie par le milieu johannais qui profite de la présence de ces infrastructures.

Le Collège militaire royal de Saint-Jean est situé en bordure du Richelieu, à deux pas du Vieux-Saint-Jean.

 

​Musée du Fort Saint-Jean

​Le Musée du Fort Saint-Jean fait partie intégrante des installations du Collège militaire royal de Saint-Jean. Il met en valeur le riche passé militaire des lieux par l’exposition d’artéfacts ainsi que par l’organisation de visites.

Un arrêt au musée permet en effet de revivre plus de 325 ans (1666-1995) d’histoire militaire à l’emplacement de l’ancien Collège militaire royal de Saint-Jean (1952-1995). Elle est également l’occasion de découvrir des bâtiments britanniques originaux, les dortoirs des élèves-officiers ainsi que la vie des occupants passés et présents.

 

​Garnison Saint-Jean

​La tradition militaire qui caractérise Saint-Jean-sur-Richelieu se traduit entre autre par la présence des Forces canadiennes et de ses infrastructures à proximité de l’aéroport régional.

Au début de la Seconde Guerre mondiale, la Base militaire de Saint-Jean est construite en vue d’y établir temporairement une école d’entraînement pour les navigateurs et les bombardiers. Vendu après la guerre à l’Université McGill, le site de la base militaire est racheté en 1951 par la Défense nationale qui en fait par la suite un établissement permanent des Forces canadiennes.

Depuis 1979, la Garnison Saint-Jean se démarque surtout par la présence de l’imposant édifice Général-Jean-Victor-Allard, une mégastructure de près d’un demi-kilomètre de long. Celle-ci abrite notamment le 5e Groupe de Soutien de Secteur, l’École de leadership et de recrues et l’École des Langues des Forces canadiennes. Annuellement, des milliers de recrues provenant des quatre coins du pays séjournent à Saint-Jean-sur-Richelieu, ville garnison, pour y entamer leur carrière militaire.

Le site de la Garnison Saint-Jean ne fait pas l’objet de visites touristiques.