Considérée comme l’une des plus anciennes paroisses du Haut-Richelieu, Sainte-Marguerite-de-Blairfindie dessert à l’époque de sa création le territoire de l’actuel secteur L’Acadie qui portera successivement plusieurs toponymes dont ceux de Petite Cadie, Blairfindie, et L’Acadie.

Dès la seconde moitié du XVIIIe siècle, des colons s’établissent sur les rives de la «Petite-rivière-de-Montréal» (rivière L’Acadie). Le défrichement des terres fertiles de la vallée va déjà bon train quand arrivent, à partir de 1763 et par grappes successives, des exilés acadiens trouvant enfin refuge après des années d’errance.

Leur établissement donne un élan à la colonisation, à la démographie et au développement du secteur. Il laissera finalement des traces jusque dans l’appellation de la localité. Mais la situation géographique de L’Acadie, établie en retrait des routes principales, et surtout le passage du chemin de fer entre La Prairie et Saint-Jean, contribuent à la migration de la population vers la zone urbaine de Saint-Jean qui, à cette époque, fait déjà figure de capitale régionale.